UN CLIN D’OEIL DE HANOÏ

UN CLIN D’OEIL DE HANOÏ

Hanoï, sa jeunesse, son ambiance, son art de vivre… Toute une Histoire !

jeunesse de Hanoï

Hanoï, la capitale du Vietnam, la ville aux influences chinoises, françaises, vietnamiennes, la ville marquée par les luttes pour l’indépendance, la ville d’où Ho Chi Minh présida aux destinées du pays.

Presque 7,5 millions d’habitants vivent dans cette ville située au Nord du Vietnam, au coeur du delta du fleuve rouge. J’y suis allé à plusieurs reprises fasciné par la richesse de son architecture urbaine, la beauté de son paysage urbain formé de nombreux lacs et l’enthousiasme sympathique et insouciant de sa jeunesse.

jeune fille de Hanoï
selfie à Hanoï
des jeunes à Hanoï

Hanoï a une histoire particulièrement tourmentée derrière elle. Elle va subir diverses invasions, mongoles et chinoises notamment, une courte occupation japonaise et se trouvera prise dans la tourmente de la colonisation française et de la guerre du Vietnam. De nombreux musées reconstituent ces moments de l’histoire vietnamienne. C’est en tout cas, ici, dans cette région du monde qu’au 20ème siècle les soulèvements populaires, les idées nationalistes, les luttes pour l’indépendance vont défier les puissances internationales et animer un débat mondial sur la décolonisation. C’est ici que le 2 septembre 1945, le président Ho Chi Minh proclama la déclaration d’indépendance, marquant ainsi la naissance de la république du Vietnam. En 1946, lors de sa première session, l’Assemblée nationale fit de Hanoï la capitale du Vietnam. De toute ces moments chauds de l’histoire de la ville et du pays, Hanoï garde la trace.

UNE VIDÉO DE HANOÏ

la bataille de Khe Shan

LA BATAILLE DE KHE SHAN

Sur un plateau entouré de collines verdoyantes, les américains avaient installé leur base militaire. Aujourd’hui, des plans de café y ont poussé. La verdure a repris ses droits. Il est difficile d’imaginer dans ce décor verdoyant que le site fut aussi le théâtre du siège le plus célèbre de la guerre du Vietnam. L’attaque vietcong commença le 21 janvier 1968 et dura 75 jours. Pilonné jour et nuit par les nord-vietnamiens, les américains entreprirent de bombarder les environs. C’est ainsi que pour desserrer l’étau dans lequel ils étaient pris, les forces américaines utilisèrent des milliers de bombes, d’obus au phosphore, au napalm… La bataille se solda par près de 10000 morts côté vietnamien et 500 du côté américain et pas loins de 15000 sud vietnamiens alliés des américains. Elle est le résultat de l’entêtement de Johnson à vouloir coûte que coûte tenir la place tellement le spectre de Dien Bien Phu l’obsédait.

Au final les américains ne connurent pas le sort des français mais au prix de l’enfer particulièrement bien décrit par Michaël Herr dans son ouvrage intitulé « Putain de guerre »

 

 

 

Ho Chi Minh (ex. Saïgon)

HO CHI MINH (SAÏGON)

Hô-Chi-Minh, encore couramment appelée Saigon est une ville du sud du Vietnam célèbre pour le rôle décisif qu’elle joua lors de la guerre du Vietnam. Avec ses 8,5 millions d’habitants, elle en est la capitale économique. A l’origine, la ville n’est q’un village de pêcheurs khmer. Au sein de l’empire Khmer auquel il est rattaché, il constitue une ouverture portuaire sur la mer de Chine. Annexé en 1698 avec le delta inférieur du delta du Mékong par le Vietnam, elle devient peu à peu une ville de peuplement Viet et chinois (Cholon). En 1862, la France en fait la capitale de la Cochinchine et lui donne le nom de Saïgon. Il faudra attendre 1954, avec la fin de la guerre d’Indochine et la partition du pays en deux (Le nord et le sud) pour que Saïgon devienne la capitale de la république du Vietnam (Sud Viêtnam). Avec la fin de la guerre du Vietnam (1975), et la réunification du pays, la ville s’appellera Ho Chi Minh en hommage au héros de l’indépendance du Vietnam, l’ancien président de la république du nord Vietnam.

C’est une ville animée où d’imposants gratte-ciels donnent la mesure d’une activité économique intense et délibérément en phase avec une économie mondiale marquée par le néo-libéralisme. Ho Chi Minh-Ville, aux yeux des Vietnamiens, incarne toujours la modernité, le dynamisme, la vitalité, une locomotive de l’économie nationale.

 

Le palais de la réunification est entré dans l’histoire le 30 avril 1975 à 10h.45. Les chars de l’armée communiste nord vietnamienne défoncèrent les grilles en fer forgé du parc. Ce char qui franchit le portail marque la chute de Saïgon et la fin de 30 années de guerre.

L’hélicoptère américain immortalisé dans le film Apocalypse now se trouve dans les jardins du musée de la guerre qui rassemble à travers des objets et des photos les exactions commises.

Extraits du carnet de route (octobre 2017)

... »Depuis Dubaï, un peu plus de 6 heures de vol sont nécessaires pour regagner Ho Chi Minh. Il est 19h., heure locale et environ 13 heures en France ce mercredi 5 novembre 2017. La nuit est tombée et les personnels de bord font leurs habituelles annonces. L’avion a entamé sa descente. En dessous Hô Chi Minh a revêtu son habit de lumière. On devine ici et là une kyrielle de tâches foncées (les rizières du delta du Mékong).Vu d’en haut, on imagine le contraste violent de la terre, de l’eau et du vent. Pour l’heure, la descente est calme. La météo n’annonce pas de typhon ». …………

« Arrivée à Ho Chi Minh »

…. » La chaleur moite et humide du sud-est asiatique nous enveloppe dans une brume jaunie par les phares des voitures. Il fait 30 degrés le soir de notre arrivée; il pleut… et nous n’avons qu’un souhait : regagner au plus vite notre hôtel  ! Demain sera un autre jour….

Les Gratte-ciels de Saïgon

Hô-Chi-Minh-Ville (couramment appelée Saigon) est une ville du sud du Vietnam célèbre pour le rôle décisif qu’elle joua lors de la guerre du Vietnam. Avec ses 8,5 millions d’habitants, c’est la plus grande ville du Vietnam. Elle est également connue pour ses édifices coloniaux français, comme la cathédrale Notre-Dame de Saigon, entièrement bâtie à partir de matériaux importés de France, et la Poste centrale, datant du XIXe siècle. 

Un peu d’histoire :

Historiquement la ville est d’abord un village de pêcheurs khmer. Il fait partie de l’empire Khmer qui possède là un port important ouvert sur la mer de Chine.

 Annexé en 1698 avec le delta inférieur du delta par le Vietnam, le village s’agrandit et prend le nom de Saïgon qui avec la colonisation française deviendra la capitale de la cochinchine (1862). En 1975, avec la fin de la guerre du vietnam, et la réunification du pays jusqu’alors séparé en deux depuis le départ des français en 1954 , la ville prendra le nom du héros de l’indépendance du Vietnam, le président de la république du nord Vietnam : Ho Chi Minh.

 

Cathédrale Notre Dame construite par les français de 1877 à 1880 dans un style néo-roman. Les flèches en fer mesurent 40m de haut

Poste centrale construite de 1886 à 1891. La charpente métallique est l’oeuvre de Gustave Eiffel. Elle témoigne de l’architecture française à Saïgon. Au fond du bâtiment, Hô Chi Minh est bien présent et  semble veiller sur l’ensemble de la clientèle !

Le portrait de Hô Chi Minh accroché au fond du bâtiment de la Poste.

L’hôtel de ville de Hô Chi Minh construit entre 1900 et 1908 et décoré par Ruffier qui le chargea de colonnettes corinthiènnes. Il est aujourd’hui le siège du comité populaire de la ville et témoigne de l’époque coloniale à Saïgon.

Ancienne Maison coloniale à Saïgon dans le quartier Cholon

La Pagode de Jade

 

 

La Pagode de l’empereur de Jade à Hô Chi Minh est également connue sous le nom de pagode des tortues. Elle a été construite en 1909 par les Chinois de Canton. A l’intérieur, on trouve des divinités à l’aspect fantasmagorique. Dans une des salles, 10 poupées en porcelaine habillées de tissus colorés symbolisent les traits variés du caractère humain.

 

Binh Tay Market – le marché Cholon

Autrefois, Cholon était une petite ville séparée de Saïgon. désormais elle est rattachée à la grande ville. C’est dans ce quartier de Ho Chi Minh que se trouve le marché et que l’amant chinois retrouvait Marguerite Duras. Cholon signifie « le grand marché ». Dans ce quartier vivent des vietnamiens d’origine chinoise. C’est le Chinatown de Saïgon.

Au marché de Cholon, il y a de l’animation. Tous les sens sont sollicités. Le bruit, les odeurs, les attractions diverses, les objets, le ballet permanent des gens entre les étales, tout est spectacle. L’affluence est gigantesque, la pollution aussi. Sur les étales de vente on trouve de TOUT. Fruits, légumes, épices, bibelots, vêtements, chaussures, objets d’art, poulets vivants, poissons dans des bassines… De nopmbreuse échoppes font office de restaurants d’appoint où manger une soupe chinoise. Lieu emblématique de Saïgon, il était un quartier très fréquenté par les soldats américains en goguette lors de la guerre du Vietnam.

 

Bien Vien Street : 1400 m de bars, de restaurants, de boutiques de massage. Cette rue animée de Saïgon ne dort jamais. Livrée aux piétons à partir de 19 heures, la rue s’enveloppe alors dans la fureur assourdissante de la techno. Dans les environs plus calmes, on trouve des hôtels à des prix raisonnables et des agences de voyage très utiles pour découvrir la ville ou le delta du Mékong.

La fête du Têt, le nouvel an vietnamien. De retour à Ho Chi Minh en janvier 2020, nous avons pu assister à cette grande fête qu’est le nouvel an vietnamien, la fête la plus importante du Vietnam.  Plusieurs jours à l’avance, les gens sont occupés à préparer cette fête, et l’agitation est palpable dans les rues. Pendant les journées qui précèdent, les marchés débordent de fleurs, les branches de pruniers aux fleurs jaunes (cây mai) étant les plus recherchées pour décorer les maisons. Dans les pagodes, on brûle du santal dans des encensoirs.

En fait, cette fête marque la fin d’une année lunaire et le début d’une nouvelle année. Alors que 2019 était l’année du cochon de terre, 2020 est celle du rat de métal. Partout dans la ville, le rat est représenté sous forme d’icône, de sculpture, d’arbustes taillés…

 

On célèbre le Têt entre le 1er et le 7e jour de l’année lunaire soit, grosso modo, entre la dernière semaine de janvier et la troisième de février (ni avant ni après cette période). Cette année, la fête du têt avait lieu le 25 janvier 2020. C’est surtout une fête familiale, l’occasion pour les familles de se rassembler.  Le Têt marque également l’arrivée du printemps, d’où son nom vietnamien qui signifie « fête de la Première Aurore ».  Selon la tradition, les âmes des morts reviennent sur terre. Il ne faut donc pas rater le rendez-vous avec elles. Les vivants doivent impérativement être présents pour les recevoir devant l’autel des Ancêtres.

Dès que la nuit est tombée, Nguyen Hue, les champs élysées de Saïgon est noire de monde, plusieurs jours avant la nuit de nouvel an. Les familles et les enfants déanmbulent entre les attractions diposées sur le terre plein central de l’avenue, se prennent en photo….

Des familles en scoot qui se rendent lors de la fête du Têt sur la célèbre avenue Nguyen Hue avec des enfants déjà fascinés par le spectacle qui les attend.

Sur la route de Tanjore

Sur la route de Tanjore

Pondichéry – Tanjore.

Partis de Pondichéry en voiture (avec chauffeur – 45 € – eh oui !), nous sommes arrivés 6 heures plus tard à Tanjore (15 novembre) pour couvrir les 160 km séparant les deux villes..

La route très fréquentée notamment par des piétons ou des gens à bicyclette est agréable. Bordée de rizières, de bananiers, de cocotiers et d’Eucalyptus elle serpente à travers une région verdoyante.

Nous traversons de nombreux villages aux maisons de briques et aux toits de roseaux.

En chemin nous nous sommes arrêtés pour vister quemques temples de la dynastie Chola très présente en Inde du Sud dès le Xème Siècle.

 

 

img_7390

 

img_7477

 

 

détails du temple Gangaikomdacholapuram

 

 

 

 

 

temple de Sri Pragadheswarar

 

le gros NandiNANDI

Nandi dont le nom signifie « Le Joyeux » est le taureau qui accompagne le Dieu Shiva et lui sert de monture (vâhana). Quand on voit Nandi, on voit Shiva. Il est le symbole de Shiva et son fidèle serviteur. Et c’est aussi son disciple le plus proche. Il est presque toujours couché, pattes repliées, et installé sous un pavillon ou un dais de pierre devant l’entrée principale des temples de Shiva ou directement devant l’entrée du sanctuaire principal, la garbha-griha. Nandi est beaucoup plus vénéré qu’un simple animal, car il n’est pas seulement la monture du Dieu. Puissance de fertilité, il est touché (sur la tête ou aux testicules) par tous les fidèles avant de pénétrer dans le temple proprement dit. Il est aussi symbole de justice et de pureté.

 

 

 

 

 

 

 

 

temple de Darasuram

Temple de Gongaikondacholapuram avant Tanjore

temple de Sri Pragadheswarar

 

 

 

Ces deux jeunes Brahmanes en formation font partie de la caste des prêtres, des lettrés, des ingénieurs et des enseignants. Ce sont des hommes respectés en Inde.

Ils ont un devoir religieux, celui de la conservation et de la transmission des textes sacrés, de la culture, de la science et de l’enseignement en général.

 

 

 

 

 

 

 

 

temple de Darasuram

img_7458

 

temple de Darasuran

 

 

SHIVA

img_7466

 

img_7460

LAKSMI

temple de Darasuram

 

plafond du temple de Darasuram

 

musicien temple darasuram

 

Arrivée à l’Hôtel de Tanjore

img_7516

/* Mobile Menu style */