Moments de Sud en Royal Enfield

Moments de Sud en Royal Enfield

Moments de Sud en Royal Enfield

 – Été 2022 –

moments de sud en ROYAL ENFIELD

Une idée de voyage en Royal Enfield

Juin 2022. Comme souvent, à cette époque de l’année, j’avais envie de Sud.  Pas n’importe quel Sud. Non ! Un Sud pas trop loin de chez moi, un sud aux vertus récréatives propice à la flânerie et à toutes les rêveries ! 

Moments de sud en ROYAL ENFIELD

Il ne me faudra pas très longtemps pour me dire que les Pyrénées pourraient bien figurer le lieu de cet extrême sud cher à mes aspirations estivales. Je me voyais déjà enchaîner les virages des routes pyrénéennes, déambuler à pied dans les ruelles étroites des cités catalanes, m’installer à la terrasse d’un café sur la place ombragée d’un petit village du Midi, acheter quelques fruits sur les marchés colorés…  Bref, on the road again et en Royal Enfield !

en route vers le sud

Au départ de Metz ce matin du 11 juin, la nature est encore verte. Mais les premiers signes d’une sécheresse annoncée se font déjà sentir. Le soleil s’apprête à mettre des touches d’ocre jaune dans le paysage. Pour l’heure,  il fait beau, le ciel est bleu, la chaleur est encore supportable… J’ai rendez-vous avec les chemins de traverse.

en balade
En ROYAL ENFIELD

L’itinéraire 

J’ai quitté Metz le 11 juin; direction : le Sud. Du fait d’une forte canicule, je me suis arrêté une quinzaine de jours à Carnon, près de Montpellier avant de poursuivre ma  route vers les Pyrénées. Au total, en comptant les balades locales, j’ai effectué 2150 km, consommé 3,1 l. de super 95  et 0,3 l. d’huile.

itinéraire

Metz – Cluny : 403km

Cluny-Ambert (Livradois) : 172 km

Ambert-St Flour : 114km

St. Flour-St Chély d’Aubrac : 90 km

St. Chély d’Aubrac-Millau : 102 km

Millau-Carnon: 132 km

ROYAL ENFIELD dans les corbières

Carnon-Ax-lès-Thermes : 265km

Ax-lès-Thermes-Pas de la case : 31km

Pas de la Case-Prats de Mollo : 185km

Prats de Mollo la Preste-Mosset : 93km

Mosset-Carnon : 227km

Le voyage, un état d’esprit

Voyager, c’est un état d’esprit ! A chacun le sien. Pour ma part, c’est toujours avec le même état d’esprit que j’aborde mes itinéraires et le voyage en général : parce qu’il est l’occasion de découvrir des mondes et des lieux différents, d’apprendre autrement la vie, de faire des rencontres inattendues, il sublime nos routines et nos dépendances quotidiennes dans un grand moment de liberté… Parce qu’en voyage l’imprévu et le hasard sont nos boussoles naturelles, l’orientation que l’on est amenée à suivre exige de reconsidérer notre rapport au temps, à l’espace et à la réalité. De ce point de vue, la Royal Enfield, cette moto « vintage » fabriquée en Inde, est un formidable mode de transport.

Avant le voyage : penser à tout !

Certains motards préparent avec minutie leur voyage. Ils établissent une check list précise de tout ce qu’ils doivent emporter. D’autres comme moi sont plus dilettantes dans leur préparation, persuadés que le voyage s’accommode mal de ces laborieuses préparations. Ils partent avec une idée assez brouillonne de ce qu’il faut emporter. Après tout, une part d’improvisation et de surprise ne doit-elle pas subsister en voyage ?  Je n’ai donc pas établi de manière formelle une check list. J’ai simplement procédé à une vérification de l’état de la moto, fait le point sur l’équipement et le matériel à emporter dans ses bagages…

le sac et la ROYAL ENFIELD

J’ai acheté un sac étanche de 60 l. où vont s’entasser mes effets personnels, mon matériel informatique et vidéo, un livre sur le voyage, des papiers, de quoi écrire… Dans d’autres sacs également étanches j’ai roulé le duvet et un matelas autogonflant. J’emporte avec moi une vieille toile de tente. Elle fera l’affaire.

Une moto en pleine forme !

La moto est de 2020. Autant dire qu’elle est neuve ! Au moment du départ elle affiche 5136 km au compteur. La révision des 5000 vient tout juste d’être faite, la chaîne retendue et un contrôle général effectué par le concessionnaire messin Acte 3.  Plutôt rassuré et confiant je pars donc l’esprit tranquille avec une moto en parfait état. 

le mono de la ROYAL ENFIELD

La Royal Enfield 500, c’est un gros mono ! Une de ses caractéristiques c’est qu’elle vibre, et pas qu’un peu !  Certes, ces vibrations finissent par disparaître à partir d’une certaine vitesse. Peut-être aussi  qu’on s’y habitue et que les bruits ainsi générés ne mettent plus le pilote en alerte. Pour ma part, je reste assez vigilant, à l’affût du moindre bruit suspect. La Tribut Black comme toutes les classics sont très vivantes, trop parfois !

Le matériel, les outils

J’ai toujours au fond de mes sacoches  une bombe anticrevaison et une pompe à pied pour gonfler les pneus. Pour le reste, j’ai évidemment les outils nécessaires pour les petites pépins mécaniques, un bidon d’huile, ce qu’il faut pour entretenir la chaîne, du ruban adhésif, un peu de fil de fer et beaucoup de chiffons, quelques sacs poubelle.

L’équipement

  • Un porte bagage arrière
  • Une sacoche réservoir
  • un dispositif USB sur lesquel je peux brancher 2 appareils. Il me sert surtout pour recharger mon iPhone (GPS)
  • Un support pour fixer l’iphone
  • une montre
  • un Pare-brise. Il m’est arrivé de le démonter et de l’attacher à l’arrière de la moto sur le sac,  notamment lorsque je filmais en prise avant avec la Go-Pro.
ROYAL ENFIELD

Le plein fait, la moto équipée, révisée, le voyage peut commencer…

En route…à l’épreuve de la canicule

Dehors, le soleil de juin est devenu fou ! L’été n’est pas encore là qu’il  cogne déjà comme s’il voulait embraser la terre. Les reflets d’or des rayons du soleil se répandent comme autant de lames brûlantes fabriquées au « bon coin » de nos habitudes consuméristes !   La météo annonce une période de canicule. L’été sera chaud ! Le réchauffement climatique n’est plus une théorie, il est une réalité !

Quoiqu’il en soit, pour tout le monde, la canicule est une épreuve ! En moto, elle est particulièrement insupportable. La seule façon d’y échapper c’est d’arrêter de rouler et se mettre au frais ou à l’ombre. Quand on roule, la chaleur est une épreuve redoutable et on ne peut pas s’en protéger contrairement au froid. Quand je suis parti le 11 juin, nous entrions dans une période caniculaire. A partir de Cluny, il a commencé à faire vraiment chaud.

canicule

 Les régions que je projetais de traverser étaient particulièrement touchées par cette chaleur extrême. Je me souviens particulièrement de l’étape entre Saint Chély d’Aubrac et Millau. Ce jour-là,  il a fait 40 degrés et vers 15h. au moment le plus chaud de la journée, je suffoquais avec obstination sur la moto du côté d’Espalion ! Et là, j’ai eu chaud ! très chaud ! A Espalion, j’ai photographié ce pont sur lequel transitait au Moyen-Âge, le sel venu de la Méditerranée et me suis mis à l’abri de la chaleur dans un café de la ville.

le pont d'espalion

Lorsque je suis arrivé à Millau aux alentours de 17h., fourbu, j’ai renoncé à planter la tente. J’avais besoin d’un bon lit dans une chambre climatisée ! Je suis allé à l’hôtel: un ibis climatisé ! ça fait un bien fou… Le soir vers 22h. il faisait encore plus de 30 degrés. Bref, j’ai renoncé à poursuivre ma route comme je l’avais initialement prévu. Je ne passerai donc pas par les coins les plus chauds de France  (Rodez, Albi, Castres, Carcassonne…) pour rejoindre Andorre. je prendrai la route de Carnon rejoindre ma famille. Là, j’attendrai que la température baisse un peu avant de repartir pour Andorre, la Catalogne et les Pyrénées Orientales comme prévu au départ.

Les coups de coeur et les prinicpales étapes du voyage

1 / Cluny
la ville de Cluny

C’est mon premier coup de coeur. Cluny. Petit bourg de 5000 habitants situé en Saône et Loire, près de Mâcon; la ville est riche d’un long passé historique. Elle invite à une pause touristique pour découvrir sa célèbre abbaye fondée en 910, et flâner dans ses ruelles en admirant ses maisons romanes. Haut lieu du renouveau spirituel en Europe au Moyen-Age, les traces de son histoire sont partout. J’ai passé 2 jours à la découverte d’une ville très agréable façonnée autour de son abbaye. .

Cluny en ROYAL ENFIELD

S’imprégner de l’ambiance des lieux, se poser à la terrasse d’un café juste à côté de l’abbaye, c’est un vrai bonheur ! Au coucher du soleil, les murs réfléchissent une lumière qui vous transporte loin dans le temps. 

maison romane à Cluny
maison romane de Cluny
abbaye de Cluny
maison romane de Cluny
l'abbaye de Cluny
dans les rues de Cluny

A Cluny, tout rappelle le passé. Les édifices religieux de la ville, son abbaye et ses nombreuses maisons romanes, vous procure une magistrale sensation d’Histoire.

l'abbaye de Cluny
la ROYAL ENFIELD et l'abbaye de Cluny

Un matin, après avoir installé ma Gopro sur le garde-boue avant de la moto, j’ai circulé dans les rues de la ville pour filmer à hauteur de roue les rues, les maisons… Au terme de cette balade vidéo d’un quart d’heure je disposais de rush et me réjouissais déjà de leur insertion dans une future vidéo. J’ai alors garé la moto au bord de la terrasse d’un bar qui jouxte l’abbaye. Lorsque je suis allé m’installer à la terrasse, un moment d’inattention a suffi pour qu’on me la vole ! Plus de GoPro ! De Cluny à Carnon, j’ai donc utilisé comme caméra mon iPhone en attendant de récupérer une nouvelle GoPro. 

 

en moto à Cluny
en royal enfield à Cluny

Info pratiques

Le camping

Lors de mon passage à Cluny, j’ai séjourné au camping municipal Saint Vital situé à quelques minutes à pieds de l’abbaye et du centre. Excellent accueil, très bons emplacements et blocs sanitaires à la propreté irréprochable. Bref, un endroit à connaître si vous campez. En outre, on a accès gratuitement à la pisicne attenante au camping.

Restautant

Pour les restau, ils sont nombreux. Je garde un excellent souvenir de ce restau franco thaï : le restaurant de l’Abbaye.

Le vélo

Les adeptes de balade à vélo ont aussi de quoi faire dans le secteur. La voie verte de Bourgogne est une piste cyclable et pédestre interdite aux véhicules motorisés. Construite sur une ancienne voie ferrée, elle traverse de beaux paysages et passe notamment par  Cluny.  

Un petit coucou aux amis motards rencontrés à Cluny

Juste à la sortie de Cluny, j’ai rencontré, Virginie et Stéphane un couple très sympa, également passionné de Royal Enfield. Ils  venaient d’acquérir deux classic 350. Je les ai croisés au retour d’une de leur virée. Belles balades à vous et peut-être au printemps prochain pour une virée autour de Cluny.

rencontres Cluny
rencontres à Cluny
2 / Le Livradois

De Cluny, j’ai poursuivi mon chemin: direction Ambert, l’occasion de découvrir au sud de la Bourgogne, près de Clermont-Ferrand, le Livradois et les Monts du Forest. Là, à l’ombre des hêtraies et des sapinières, j’ai pu savourer dans une ambiance de plus en plus chaude, un peu de fraîcheur bienvenue. La région située au centre du massif central, dans les départements du Puy de Dôme et de la Haute Loire offre de somptueux panoramas. Dans la partie montagneuse  de la région, la route serpente le long  d’un tracé vallonné, et traverse des paysages très variés et de toute beauté. Pour les motards, c’est un régal. Le soir  à l’étape, j’ai planté ma toile, au camping « La vallée verte », juste au-dessus de la ville d’Ambert en arrivant par le Nord.

camping dans le livrais
carte livrais
camping dans le Livradois
Camping dans le Livradois
En haute Loire avec la ROYAL ENFIELD
Vers l'Aubrac en ROYAL ENFIELD

3 / L’Aubrac

Quelques kilomètres après Saint Flour, où j’ai fait étape, je retrouve une magnifique région, l’Aubrac. J’y ai séjourné à plusieurs reprises et à chaque fois, c’est le même enchantement. Je lui consacre sur mon site cet article, – ICI – ainsi qu’une vidéo publiée sur ma chaîne YouTube et dans laquelle je mentionne la fabuleuse rencontre faite avec les Blue Riders, un club de ROYAL ENFIELD de Laguiole. Cliquez ici

panneau Aubrac
panneau St Urcize
panneau Nasbinals

Saint Chély d’Aubrac, ce joyau encore vert à cette époque de l’année  est une halte très prisée des marcheurs qui font le fameux chemin de Compostelle. A l’entrée du village, en venant d’Aubrac, il y a un très beau  camping  et de nombreuses auberges.

panneau St. Chély d'Aubrac

Situé au coeur de la vallée de la Boralde de St. Chély, le village s’élève à 820m. d’altitude. En fin d’après midi lorsque la chaleur s’estompe, c’est le bon moment pour se promener dans le village et découvrir le pont des pélerins inscrit sur la liste du patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO   

le pont des pèlerins à st chély d'aubrac
le pont des pèlerins à st chély d'aubrac

Photos d’Aubrac

4 / Le Sud, côté pyrénées catalanes et orientales.

Après une longue pause au bord de la grande bleue et en dépit d’une chaleur persistante, j’ai continué ma route vers le sud en direction d’Andorre et des Pyrénées espagnoles.

itinéraire Carnon - Pas de la Case

De mon point de vue, la route qui relie Carnon au Pas de la Case n’est pas d’un grand intérêt. Les coups de coeur, je les ai eus sur la route espagnole et française qui va de Puigcerda à Prats de Mollo via Camprodon. Magnifique ! Et puis, que dire de Prats de Mollo, Eus, Prades, bref de tous ces lieux de montagne situés dans les Pyrénées-Orientales… Sublime évidemment ! 

Balade en territoire Pyrénéen.

En cette fin de journée du 4 juillet, venant de Carnon, j’ai fait une étape à Ax-lès-Thermes. Le lendemain, je ralliais le Pas de La case en territoire Andorrin, l’étape la plus courte de mon périple, peut-être aussi la plus mouillée. A  peine avais-je quitté Ax-lès-thermes que la pluie s’est mise à tomber à grosses gouttes. Dans ce cas, les habits de pluie sont les bienvenus ! 

la moto, la pluie et les habits
pas de la case

En elle même la ville est sans intérêt. Un grand bazar, le jour, avec ses boutiques pleines d’alcool, de cigarettes et autres souvenirs détaxés. Beaucoup de motards pris par la fièvre acheteuse s’y pressent. Après 20 heures, tout le monde s’en va. la ville se vide. J’ai passé une nuit dans une ville déserte. L’hiver, en revanche, la ville, station de sports d’hiver,  est très animée et notamment le soir après une journée de ski. Du coup les hôtels, les restaurants fonctionnent à plein régime. En été c’est la saison creuse. Toutefois si vous deviez comme moi y rester une nuit je vous propose ces deux adresses :

  1. l’hôtel CIMS (environ 50 euros la nuit)
  2. le restaurant « Oh Burger Lounge ». Les pizzas y sont fameuses.

Si l’endroit n’a aucun charme, dès que l’on monte vers le col  d’Envalira, le paysage devient sublime. On est en haute montagne.

Sur les hauteurs du pas de la case
dans la montée du col d'envahira
montagnes d'Andorre

Du Pas de la Case, j’ai rejoint Puigcerda en Espagne en passant par le col de Puymorens et la ville frontière de Bourg Madame. La partie espagnole du voyage, celle qui va de Puigcerda à Camprodon via Ripoll est superbe. L’ arrivée sur Prats de Mollo dans les Pyrénées orientales est particulièrement pittoresque ! Sur tout le trajet on évolue à travers des paysages très variés en traversant des villages et des bourgs aux pittoresques maisons de pierres ocre/grise.

L’itinéraire dans les Pyrénées

l'itinéraire pyrénéen et la balade la plus au Sud de la France
col de puymorens en ROYAL ENFIELD

Tout au long du trajet long de 185 km, la route est comme un long ruban de bitume qui serpente à travers les Pyrénées espagnoles et orientales. Elle ravive à celui qui sait les entendre, les légendes et les mystères qui enveloppaient jadis les villages et les lieux. Quand on décide de paresser ainsi à travers la variété infinie des paysages, les sommets ou les collines parsemées de forêts, les églises, les vieux moulins, les vergers forment aux yeux du motard peu pressé une longue toile multicolore finement ouvragée. 

Alp, Pyrénées espagnoles
road trip moto dans les Pyrénées
road trip en royal enfield (Pyrenees)

Camprodon

Nichée au coeur de la vallée de Camprodon, à la confluence du Ter et du Ritort, cette bourgade millénaire riche d’un héritage roman particulièrement bien conservé invite à la balade. En plein centre urbain se trouve le pont neuf de Camprodon dont la construction remonte à la fin du XII ème S.

Prats de Mollo la Preste

Au coeur du massif du Canigou,  Prats de Mollo la Preste ! J’y suis arrivé en fin d’après midi, juste avant que n’éclate un violent orage de grêle. 

deluge de pluie à prats de mollo
grêle à prats de mollo

Sur les hauteurs du village, au milieu des remparts, lorsque le soleil se couche, la vue sur la cité médiévale est splendide.  Mille ans d’histoire s’offre au regard. Fortifiée par Vauban, la cité regorge de richesses architecturales extraordinaires : l’église Saintes Juste et Ruffine, l’ermitage Notre Dame, les remparts, les ruelles tortueuses pavées de galets, le fort Lagarde qui domine la cité…

en ROYAL ENFIELD dans les remparts de Prats de Mollo
Eglise de Prats-de-Mollo-la-Preste de Mollo
l'église de Prats de Mollo
En ROYAL ENFIELD à Prat de Mollo
Dans la cité de Prats de Mollo
du côté des remparts de Prats de Mollo
En ROYAL ENFIELD à l'intérieur des remparts de parts de Mollo
en ROYAL ENFIELD à Prats de Mollo
dans les rues de prêtas de mollo
En Royal Enfield à Prats de Mollo

La boucle autour de Prades

Résolument à mille lieues des plages toutes proches et  très fréquentées de Colioure, de Banyuls… la boucle à partir de Prades, à travers Eus, Vernet les bains, Villefranche de Conflent…répond parfaitement au désir d’explorer au fil des petites routes un arrière pays plein de charme et de calme. J’ai séjouné à Mosset dans une  ferme auberge, 2 jours, le temps de découvrir cette fabuleuse région dominée par le Canigou.

circuit en ROYAL ENFIELD autour de Prades
En ROYAL ENFIELD autour de Prades

1 – Découvrir Eus, un des plus beaux village de France

Accroché au flanc de la montagne, à proximité de Prades, le village catalan de Eus offre une vue imprenable sur le Canigou et la vallée de la Têt. Sur les ruines de cette ancienne forteresse du 10ème Siècle fut édifiée l’imposante église Saint Vincent et la chapelle du même nom. De ce point culminant du village, on peut alors redescendre en bas du village,  flâner dans ses ruelles pentues, s’arrêter sur la placette en contrebas de l’Eglise et prendre le temps d’entrer dans quelques unes des boutiques d’artistes et d’artisans du lieu.

village catalan de Eus
Eglise de Eus
panorama sur la vallée du Têt
dans les ruelles de Eus
ruelle de Eus

Eus est aussi le village de cœur d’Ursula Kubler, veuve de Boris Vian. Instal­lée Casa Pascuala, dans le village et bien loin de l’appar­te­ment-musée des Vian, à Pigalle, Ursula Vian-Kübler, avait fondé là en 1963 l’asso­cia­tion des Amis De Boris Vian. Dans les années 60, des écrivains, des poètes, des artistes firent une halte à Eus, entraînant dans leur sillage la génération bohème des gens de cette époque !

panorama à partir de Eus
bar terrasse à Eus

2 – découvrir Prades et son marché le samedi matin 

Sur la place jouxtant l’Eglise, je me suis promené sur un marché de producteurs locaux très coloré.

marché de Prades
au marché de Prades

A la sortie de Prades, dans la petite commune de Codalet, sur la route de Turinya et de Vernet lès bains se trouve la somptueuse abbaye de Saint Michel de Cuxa. Ce monastère bénédictin édifié au Xème Siècle se trouve au pied du Canigou. Il contient toute la mémoire d’une région, la catalogne, fortement marquée par l’art roman.

abbaye saint michel de cuxa

3 – Visiter la cité médiévale de Villefranche de Conflent

Cette ville fortifiée par Vauban, entourée de remparts édifiés dès le XI ème Siècle par le comte de Serdagne est dominée par le château fort Libéria. Cette ancienne  cité marchande capitale du  conflent est un lieu aujourd’hui dédié à l’artisant et au tourisme.  C’est d’ici que part le fameux train jaune qui reliait naguère les hauts plateaux cerdans au reste des Pyrénées orientales.  Aujourd’hui, il est devenu une attraction touristique et propose une visite de la région tout au long d’un parcours de 60 km et de 22 gares.

road tripVillefranche-de-Conflent
dans les rues de Villefranche-de-Conflent

 

4 – Se reposer à la ferme auberge de Mosset : le Mas Lluganas

A 13 km de Prades, juste à côté du petit village de Mosset se trouve le Mas de Lluganas, une ferme auberge très agréable. De ma chambre j’avais une vue fabuleuse sur le mont Canigou. C’est le soir, quand le soleil se couche sur la montagne que la luminosité orangée se charge d’une sensation toute particulière. Lorsque le soleil offre des lumières sublimes, le voyage devient lumineux. Et c’est beau et de nouvelles explorations se dessinent….  

vue sur le mont canigou
vue sur le mont canigou
coucher de soleil sur le canigou

L’heure du retour

Le voyage touche à sa fin. je vais bientôt rejoindre Carnon. La moto y restera jusqu’à mon prochain road trip en octobre. J’ai en effet le projet de faire le tour du Maroc et de prendre le ferry Sète-Tanger. De Carnon à Sète il n’y qu’une vingtaine de kilomètres.

Bref, de Mosset où j’ai passé ma dernière nuit, je vais traverser  les corbières et remonter par des départementales via Narbonne, Bézier, Sète, jusqu’à Carnon.

les corbières en ROYAL ENFIELD
moments de sud en ROYAL ENFIELD
moments de Sud dans les corbières

La chute. la moto couchée; suite et fin

Cela faisait une dizaine de kilomètres que je cheminais tranquillement dans un sentier pour vélo  que m’avait déniché mon GPS, en plein milieu des corbières quand soudain, dans un virage montant en épingle à cheveux j’ai fait une chute comme une façon de mieux marquer la fin du voyage.  

 En fait, rien de grave. J’allais très doucement dans un virage montant que j’abordais en seconde ! Or lorsque j’ai voulu accélèrer, le régime du moteur étant déjà tellement bas, j’ai calé. Dans un virage en pente, sur de la pierraille c’est fatal; la moto perd l’équilibre et mon coup de pied n’a pas suffi à la retenir. J’ai donc chuté ! Il était 13 heures. Il faisait 38 degrés. En plein milieu des corbières, j’ai commencé par détacher le sac et les sacoches et après quelques efforts et autres tentatives pour relever la moto,  j’ai pu re-démarrer ! Seule la poignée de frein dont j’ai pris la photo à mon retour a été endommagée, et le garde boue avant un peu rayé. 

Conclusion provisoire

 Impossible de terminer cet article sans faire part de ce que m’a appris ce voyage. En réfléchissant après-coup à cette expérience en ROYAL ENFIELD, j’ai été frappé par le vif plaisir que j’ai eu à parcourir l’espace, à retrouver la nature, à discuter avec les gens (cf. le potentiel sympathie de la moto). Mieux, j’ai parfois eu l’impression que la « tribut black » comme objet s’effaçait derrière les belles et bucoliques échappées entr’ouvertes. Eh oui, je commence à croire que la quête est parfois plus importante que la possession. De ce point de vue, le bonheur ce n’est plus exactement la moto mais le chemin qu’elle autorise et les expériences qu’elle permet ! De ce point de vue, la ROYAL ENFIELD classic est simplement géniale.

Royal Enfield 350 en Inde

L’Espagne

L’Espagne

le village blanc de Zuheros

le village blanc de Zuheros

LE VILLAGE BLANC DE ZUHEROS- Actualisé en septembre 2021 - Entre Grenade et Cordoue, à l'écart de la fameuse route du Califat, au milieu des champs d'oliviers apparait au détour d'un virage, ce petit village blanc qu'est Zuheros. Typique des villages andalous, il est...

Jerez, une ville d’Andalousie

Jerez, une ville d’Andalousie

Jerez, une ville d'AndalousieEn Andalousie, il y a des endroits où flâner, prendre le pouls du pays, se poser un peu agrémentent joliment le voyage. Jerez est un  de ces lieux. Nous sommes allés dans cette ville du sud de l'Andalousie, pas très loin de Cadix pour...

Cordoue, au bord du Guadalquivir

Cordoue, au bord du Guadalquivir

CordoueNous sommes arrivés à Cordoue par la superbe route du Califat, cette fameuse route qui serpente au milieu des champs d'olivier et qui relie Grenade à Cordoue. Bordée sur les hauteurs par des forteresses construites par les arabes, cette voie nous plonge dans...

Malaga, une ville de la costa del sol

Malaga, une ville de la costa del sol

MalagaVille natale de Picasso et de l'acteur Antonio Banderas, ville chargée d’histoire, Malaga n'est plus très loin de l'Afrique. Elle possède un superbe patrimoine antique et maure hérité de sa longue histoire. Plus près de nous, Chateaubriand et Théophile Gautier y...

Grenade: la ville de Garcia Lorca

Grenade: la ville de Garcia Lorca

GRENADE: UNE VILLE ANDALOUSE AU PIED DE LA SIERRA NEVADANous sommes allés à plusieurs reprises à Grenade. Et c'est toujours avec autant de plaisir qu'on redécouvre cette ville Andalouse au pied de la Sierra Nevada. Son charme, sa quiétude, son ambiance vous...

Un été en France avec ma Royal Enfield

Un été en France avec ma Royal Enfield

CET ÉTÉ, J’AI VOYAGÉ EN FRANCE AVEC MA ROYAL ENFIELD

– Été 2021 –

Voyager au temps du Covid : quelle histoire..! Longtemps dans l’impossibilité d’aller ailleurs qu’en bas de chez soi ou tout à côté, j’ai pris mon mal en patience et rongé mon frein comme me l’ont fait remarquer des amis. Deux ans sans voyager, c’est long quand on a pris l’habitude de partir trois ou quatre fois par an à l’autre bout du monde. Avec la recrudescence de la pandémie au plan mondial et la fermeture des frontières, au moment où j’écris ces lignes (été 2021), partir à l’étranger reste encore très compliqué, voir impossible. Les projets de lointain, avec ou sans pass sanitaire sont de beaux rêves que les vidéos et les blogs de voyages alimentent d’une kyrielle  d’images toutes plus belles les unes que les autres ! Un matin de juin cependant, j’en ai eu marre de rêver « voyage » et de me gaver d’images; j’ai  pris ma Royal Enfield et je suis parti : direction la France. De cette balade A/R sont nées ces 2 vidéos postées sur youtube et  cet article consacré à la première partie de mon road trip.

Bon Film et bonne lecture ! 

 

Pourquoi la moto ? Au-delà du fait que je suis un ancien motard, elle m’a semblé, mise à part le vélo ou la marche à pieds, être le compagnon de voyage idéal capable de répondre à mes aspirations. Le fait que ce soit une Royal Enfield classic 500 Tribut Black acquise cet hiver, n’est pas anodin. Compte tenu de sa faible puissance, elle me paraissait parfaitement indiquée pour découvrir des lieux à petite vitesse. Cette moto, sobre, sans électronique embarquée et au look rétro est une série limitée de la Classic 500 qui n’est plus fabriquée depuis 2020. 1000 motos de ce type étaient destinées à l’Europe, j’ai eu la 194ème !

Ma Royal Enfield tribute black
Royal Enfield Tribut Black

Petit retour en arrière

Tout commence en Inde. A l’occasion d’un voyage dans le Kerala (sud de l’Inde) avec Brigitte. Je découvre avec émerveillement cette moto indienne fabriquée à Madras : la classic de chez Royal Enfield. Sa légende, son côté vintage me tapent dans l’oeil ! Alors à Cochin je l’ai photographiée, à Munnar j’ai pris la pose sur une « vraie » royale qu’on m’a gentiment prêtée pour l’occasion.

Royal Enfield en Inde
En Inde, ne Royal Enfield
En Royal Enfield sur une plage du Kerala

En ville, dans les campagnes, sur les grandes et les petites routes d’Inde, elle est partout ! Avec sa sonorité caractéristique on l’entend  se faufiler dans le trafic, très à son aise au milieu des milles et un obstacles qui l’empêche de filer droit. C’est décidé ! à mon retour en France , j’en achète une. Curieusement il me faudra 4 ans, en pleine pandémie, pour qu’en décembre 2020 je franchisse le seuil d’un concessionnaire Royal Enfield et parte avec « ma » moto !  Un effet covid ? Quoiqu’il en soit c’est au guidon de cette moto de légende que je vais faire la balade que je présente maintenant.

 

L’itinéraire

itinéraire
  • Metz – Beaune : 310 km
  • Beaune – Thiers : 163 km
  • Thiers -Saint Flour : 165 km
  • Saint Flour – Laguiole : 60 km
  • Laguiole – Millau : 110 km
  • Millau – Montpellier  : 132 km

Avec les balades effectuées en Aubrac notamment, j’ai parcouru au total 1248 km en 6 jours.

 J’ai effectué cette balade du 9 au 15 juin. Le parcours est resté très ouvert. J’avais, certes, quelques repères et une idée des lieux et des agglomérations par lesquels je passerai. J’avais le temps et comme seules règles, celles de ne jamais prendre l’autoroute, d’éviter les nationales et d’emprunter le plus souvent possible les toutes petites routes; pour le reste je me suis fié à mes envies sans programmer la balade ! Et au final une superbe virée et de superbes rencontres !

La balade

D’habitude, je vais à Montpellier en voiture et j’emprunte le plus souvent l’autoroute. 7 ou 8 heures plus tard, j’arrive à destination. Avec la Royal Enfield 500, c’est impossible. Elle n’est pas rapide et au-delà de 100km/h. elle vibre. La vitesse, ce n’est pas son truc. N’allez pas croire que c’est un défaut. Loin de là. On retrouve à son guidon une certaine philosophie de la lenteur et l’art de la flânerie. On peut même voir les jours de pluie (et il y en a eu beaucoup cet été) des escargots défiler au passage de la moto sur un vieux tronc d’arbre couché au bord de la route !

 

A vrai dire, à mon âge (j’ai 69 ans), cette relative lenteur me convient bien. Mieux, quand la durée intérieure prend le pas sur la recherche de la vitesse et les contraintes de l’agenda, les paysages prennent une autre dimension. Là où d’habitude on ne fait que passer, quasi indifférent au paysage qui défile, ici on a le temps de le regarder et de le découvrir. C’est ainsi que je vais traverser – la Bourgogne, le Livradois, l’Aubrac, Le Larzac, les Cévennes -. Je me souviens, avec ma FJ 1200, je descendais à Montpellier en 6 ou 7 heures, montre en main. Je filais sans rien voir en quelque sorte ! Cette fois, c’est autre chose. Je compte en jours et je peux admirer l’environnement…

Fondamentalement je pense avoir choisi cette moto pour ce qu’elle rend possible : une autre approche du temps, de la nature et des mondes traversés.

pause près de laguiole

Ma première étape me conduit à Beaune. C’est la plus longue de mon périple (310 km.), la plus pénible aussi compte tenu de la pluie qui s’est mise à tomber à partir de Langres. Après je n’aurai plus que du beau temps; des conditions idéales pour une randonnée à moto.

De Beaune à Thiers, en passant par la route des grands crus, la route serpente d’abord à travers une étendue de vignobles aux noms réputés avant de continuer entre les monts et les forêts du Livradois.

meursault
vignobles de bourgogne
vignobles de bourgogne

Plus au sud, à l’approche du massif central mon itinéraire passe par une région luxuriante et parsemée de petites forêts. La route est très peu fréquentée: pas de camion, peu de voitures, quelques tracteurs. En cheminant sur une de ces routes désertes, je me suis retrouvé au bord d’un parc où « ruminaient »  un troupeau de vaches. Je me suis arrêté. Curieuses, craintives, pour elles, j’étais l’attraction du jour.

les vaches du Livradois

Après cette courte pause en compagnie des vaches du Livradois, je poursuis ma route.  Je  n’oublie pas que ce soir j’ai prévu d’être à Thiers. Je repars donc. Des travaux ont lieu sur les départementales abîmées par l’hiver. Les directions sont mal indiquées et j’ai quelques difficultés à retrouver mon chemin. Dans un petit village, un couple de retraités assis sur un banc devant leur maison, me propose de prendre un chemin qui doit rejoindre 10km plus loin la départementale. Je leur demande si c’est praticable avec ma moto. Leur réponse est sans appel : « Bien sûr, avec ce genre de moto ça passe » ! 

Me voilà rassuré. je roule maintenant  sur un chemin qui a dû être goudronnée jadis. Seules quelques endroits bitumés entre lesquels poussent des touffes herbes rapellent qu’ici il y a quelques années encore il devait y avoir une route. J’imagine aussi le temps révolu où les gens et les bêtes empruntaient ces voies de circulation. Seuls quelques trous dans la chaussée me rappellent à la réalité. Debout sur mes cale-pieds j’avance lentement en prenant soin d’éviter les trous et les petites pierres qui jonchent le sol.

En chemin avec ma Royal Enfield

Après une halte à Thiers, je poursuis le lendemain vers Saint Flour par les routes exquises du Livradois. Une journée tranquille avec la perspective de déguster ce soir dans la ville haute de Saint Flour un aligot arrosé d’un bon vin de Loire.

En direction de l’Aubrac et du Larzac

Le choix de ces régions tient pour partie à la logique géographique de ma progression mais surtout au désir que j’ai de retrouver là des endroits que j’aime. A la carte routière s’ajoute ainsi une cartographie subjective avec laquelle je m’imprégne des lieux et des ambiances.

viaduc de garabit
paysage région de saint fleur

J’avance au rythme lent du temps qui s’étire et profite de quelques arrêts ou points de vue pour contempler le paysage.

la moto devant le viaduc de garait
point de vue
L'Aubrac
paysage de l'Aubrac

Au coeur de l’Aubrac

Parmi tous les lieux de balade que j’ai traversés, l’Aubrac  représente à mes yeux le symbole de la tradition dans ce qu’elle a humainement de plus précieux. Nous y étions allés Brigitte et moi en septembre dernier à l’occasion d’un festival de photos (Phot’Aubrac) consacré à la nature, aux questions environnementales, à la biodiversité, à la terre et à ses gens…Ces thèmes universels s’harmonisaient parfaitement avec la singularité des lieux qui en accueillaient les différentes manifestations. Nous avions été fortement impressionnés par ce territoire à cheval sur la Lozère, l’ Aveyron et le Cantal tant le rapport qu’entretiennent les gens d’ici  avec la nature, le passé, la tradition résonnent comme un défi à notre modernité.  

Nasbinals, Saint Urcize, Saint Chély d’Aubrac, Laguiole… autant de villages dont les noms sonnent agréablement à mes oreilles et que j’ai hâte de retrouver.

sur les plateaux de l'Aubrac
les monts d'aubrac
buron sur le sommet de l'Aubrac
village de l'Aubrac
petite route d'Aubrac
chevaux sur les monts d'Aubrac
paysages de l'Aubrac
paysage d'Aubrac

Quand on se balade en Aubrac, on fait obligatoirement une halte à Laguiole. Située  dans l’ Aveyron en pays occitan, plus très loin de la Méditerranée, ce petit village surtout connu pour ses couteaux est un lieu immense par le dynamisme et les talents qu’il recèle. En juin, sur les hauteurs de Laguiole, dans les parages de l’Eglise Saint Matthieu, le panorama sur la campagne et les toits du village est de toute beauté. Lorsque l’après-midi touche à sa fin, que le soleil est encore haut dans le ciel, tout devient lumière et le gris des toits brillent de milles éclats métalliques aux accents bleutés. Pour la nuit, je me suis installé dans un gîte : le foirail, au centre du village. C’est là que je résiderai le temps de redécouvrir la région avant de poursuivre sur Millau. Pour l’heure, après avoir rangé mes affaires, je m’installe à la terrasse de l’établissement et commande une bière.  A cette heure de l’après midi beaucoup de gens prennent l’apéro, d’autres déambulent sur la place attenante. Une joyeuse et paisible agitation donne à l’endroit une ambiance détendue. Un homme d’une cinquantaine d’années (Marcel) regarde avec intérêt ma moto garée à proximité. Il m’a immédiatement repéré, s’approche de moi et très vite la discussion s’engage. Il m’apprend qu’il est membre d’un club de motards « les Blue Riders ». Tous les adhérents  sont originaires de Laguiole et tous possèdent une Royal Enfield et pas n’importe laquelle ! Non, la classic ou la bullet.

Club Royal Enfield de Laguiole

L’histoire : En 2019, quelques copains de Laguiole dont la plupart se connait depuis la maternelle se rendent au Rajasthan. Mon interlocuteur fait partie de l’aventure. Ensemble, ils vont y faire un road trip au guidon de la célèbre « bullet » de la marque Royal Enfield. C’est le coup de foudre pour la moto. Le look de la bécane, sa simplicité et sa robustesse les séduisent à tel point qu’à leur retour, ils décident d’acquérir le même modèle importé en France. Dans la foulée, ils réussissent à convaincre d’autres « potes » du village de les suivre dans leur projet de fonder un club: « les Blue Riders ». Actuellement au nombre de 15, le groupe de Laguiole se réunit régulièrement chez Vincent et Manu à l’Hôtel/Restaurant l’Aubrac (le siège du club). Là, ces passionnés de mécanique et de grands espaces échangent sur la préparation de leurs motos, imaginent des projets de balades en Aubrac ou ailleurs. Celui d’aller en Afrique du sud sur les traces de Nelson Mandela est dores et déjà dans les « tuyaux » !

en Royal Enfield à Laguiole

A la fin de notre discussion, Marcel propose que nous nous retrouvions vers 20h.30 au siège du club, à deux pas du foirail, pour une boucle d’une vingtaine de kilomètres autour de Laguiole, à la fraîche. Éric, un autre membre du club et son fils Céleste se joignent à nous. En fin de journée, lorsque le soleil se couche, cette balade sur les petites routes de l’Aubrac, prend des airs impressionnistes remplis de couleurs fauves qu’un Matisse ou un Derain auraient sans doute apprécié ! je ferme la marche, l’air est frais, nous enchaînons quelques lacets, traversons la  forêt de la Roquette Bonneval avant de déboucher sur les estives ou paissent les célèbres vaches de l’ Aubrac avec leur pelage ocre et leurs grandes cornes. Nous empruntons maintenant la D 15. qui longe les stations de ski de laguiole. Au-dessus du village, au bord de la route, une pancarte à l’esthétisme sobre et travaillé indique qu’un peu plus haut, en pleine nature, il y a un restaurant : Le Suquet. C’est là que nous nous dirigeons.

L’établissement est dirigé par Sébastien Bras un chef étoilé (le président du club). Prévenu de notre arrivée, il nous invite à sa table pour une dégustation mémorable ! la surprise est royale, un moment exceptionnel, convivial et sérieusement gastronomique ! Dans les coulisses de ce grand restaurant, j’observe avec ravissement l’étonnant ballet qui se joue sous mes yeux. Chacun est à sa place, chacun sait ce qu’il doit faire. Curieusement, à cet instant je pense au grand peintre catalan Joan Miro qui avait atteint dans ses toiles la simplicité et l’excellence à force d »exigence, de rigueur et de travail… En tout cas, encore merci à Sébastien et à ses collaborateurs pour l’accueil réservé ainsi qu’à Marcel pour son initiative.

au Suquet à laguiole

Avant de m’endormir, je revois cette soirée. Je me remémore le moment que je viens tout juste de passer en compagnie de quelques membres du club au Suquet. Je n’ai sans doute pas bien traduit ce que j’ai ressenti à ce moment-là. Mais jamais autant qu’à travers nos échanges, dans une ambiance chaleureuse, l’attachement des gens de l’Aubrac, à leur territoire, la volonté de faire connaître leur région, leur savoir-faire ne me sont parus aussi forts. Là, autour de la table d’un des restaurants les  plus prestigieux de la région et de France, c’est la tradition dans ce qu’elle a de meilleur en termes de valeurs, d’accueil, de respect, d’authenticité… qui s’est exprimée comme un défi pour les temps à venir.

De Laguiole à la mer  !

De Laguiole, Montpellier n’est plus très loin. Je ferai cependant étape à Millau, une étape courte d’une centaine de kilomètres par les petites routes. Saint Chely d’Aubrac, Saint Geniez d’Olt, Sévérac d’Aveyron…et la plongée vers Millau.

 

sur les hauteurs de Millau
le viaduc de Millau

j’arrive à la fin de ma balade. Aux abords de Millau, je me promène au bord du tarn. Demain je traverserai le Larzac, redescendrai sur Lodève et rejoindrai Montpellier.  Mais d’abord je vais m’attarder sur les causses du Larzac : un lieu chargé d’histoire militante et de résistance à l’armée et à son projet d’extension. J’ai envie de retrouver un endroit connu dans les année 70, pour la très forte mobilisation dont il a été le théâtre. L’armée envisageait d’exproprier les paysans qui y vivaient pour faire du plateau un gigantesque camp de manoeuvre. Je me souviens de juillet 73…. nous étions des milliers sur le site !

le Tarn
le viaduc de Millau

Épilogue

Cette balade en Royal Enfield d’une semaine, à laquelle il faut ajouter la remontée vers Metz à travers les Alpes et le Jura (cf. la vidéo) m’a fait prendre conscience de cette grande liberté que procure un usage hors programme du temps. Fait de rencontres, d’opportunités et de mille et un petit bonheur, ce voyage m’a permis de  savourer cette plongée tout à la fois esthétique et émotionnelle au coeur des territoires. Le sentiment d’une certaine plénitude face à la beauté des paysages, la. qualité des rencontres ont été quelques unes des caractéristiques de ce voyage en classic Royal Enfield.

la mer et la Royal Enfield

/* Mobile Menu style */