Hoi An, une ville du Vietnam remplie d’histoire

Hoi An, une ville du Vietnam remplie d’histoire

HOI AN

façade à Hoi An

Quand on va au Vietnam, Hoi Han est une destination incontournable. Petite ville côtière de 130 000 habitants, située au centre du pays, elle  n’est qu’à quelques kilomètres de Da Nang et à 3 heures de route de Hué. La plage de An Bang est à 5 km du quartier historique. Sa vieille ville particulièrement bien préservée est un lieu propice à de délicieuses et tranquilles balades. Déambuler dans ses ruelles à pieds ou à bicyclette, c ‘est partir à la rencontre de ses habitants et découvrir le charme  d’une ville portuaire où se sont succédées les cultures chinoises, japonaises, européennes, vietnamiennes. Ces influences se reflètent dans une architecture qui mêle harmonieusement   des époques et des styles variés : boutiques et temples chinois en bois, bâtiments coloniaux français colorés, maisons-tubes vietnamiennes richement décorées. Quant au pont couvert japonais, c’est un bel exemple de l’architecture japonaise de l’époque. Reliant la rue Tran Phu à la rue Nguyen Thi Minh Khai, le pont couvert japonais a été construit dans les années 1590 par la communauté japonaise de Hoi An, afin de créer un lien avec les quartiers chinois de l’autre côté du fleuve.

situation géographique de Hoi An
le pont pagode de Hoi An

Loin de l’ambiance quelque peu chaotique des grandes villes vietnamiennes comme Ho Cho Minh ou Hanoï,  Hoi An est une ville tranquille et relativement paisible en dépit du flot impressionnant de visiteurs qui arpentent chaque jour les rues du quartier historique. Installés un peu en dehors de la ville, en direction de la côte et de ses plages,  nous sommes allés à la découverte de la ville en nous rendant d’abord au marché. 

 

le marché de nuit de Hoi An

 

Le marché est un excellent révèlateur de l’ambiance et de la situation socio-économique d’une ville ou d’un village. Le marché de Hoi An, richement achalandé, se trouve juste au bord de la rivière Thu Bon. C’est un concentré coloré de petits étals sur lesquels sont soigneusement rangés, des sacs, des souvenirs, des habits… Il  regorge de fruits, de légumes, de poissons. En début de soirée, l’endroit est particulièrement animé, et après s’être faufilé entre les nombreuses allées, s’attabler sur le comptoir d’un petit restaurant au beau milieu d’autres petites boutiques dédiées à la nourriture et aux excellents plats de poissons cuisinés sous vos yeux, est un vrai petit bonheur.

Bon Appétit…

plats vietnamiens au marché de Hoi An
sèche cuisinée à Hoi An
sèche farcie de Hoi An
sèche farcie de Hoi An
plats vietnamiens

Promenade dans la ville

Depuis 1999, Hoi An est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est le soir qu’il faut la découvrir.

Le soir, en effet, la ville s’illumine… Des milliers de lampions la couvrent de lueurs multicolores qui lui donnent cet aspect scintillant qu’on retrouve à l’époque de Noel dans les villes européennes. Les façades illuminées projettent de douces effluves lumineuses. 

les lampions de Hoi An
façade illuminée à Hoi An
le pont pagode de Hoi An

Nous sommes dans le quartier historique de Hoi An, un endroit paisible; on dirait qu’il a été spécialement conçu pour les piétons. L’architecture donne à lire les différentes époques du développement de cette cité remarquable. Eh oui, on lit l’histoire de Hoi An au hasard de ses rues. Une ville qui a su conserver une identité qui lui est propre, même si les boutiques de créateurs de vêtements sur mesure, de galeries d’art remplies d’objets design, de tableaux en laine et autres objets chargés de dentelle,  sont légion.

maison coloniale
musée de Hoi An
dans les rues de Hoi An
café français à Hoi An
scène de rue à Hoi An
maison chinoise à Hoi An
lepont japonais de Hoï An

L’île de Phu Quoc : entre plage et jungle, une île vietnamienne en pleine évolution

L’île de Phu Quoc : entre plage et jungle, une île vietnamienne en pleine évolution

L’ÎLE DE PHU QUOC : ENTRE MER ET JUNGLE

 

        Nous étions allés plusieurs fois au Vietnam mais sans jamais aller à Phu Quoc. Cette année, en février 2020 on a décidé de prendre le bateau à Ha Tien, tout au sud du Vietnam et de rejoindre l’ïle avec des rêves de sable blanc et de plages à perte de vue ! Un peu déçu, mais néanmoins contents d’en avoir explorer tous les recoins.

HO QUOC : La Pagode de l’ïle de Phu Quoc

Après avoir gravi les escaliers qui permettent d’accèder au temple, on a une superbe vue sur la mer avec en contre-bas la plage de Bai dam. Le temple a été construit en 2012. Il dispose d’une cloche génate et d’une énorme statue qui représente Quan Am (déesse de la compassion). Des voyageurs viennent ici pour admirer des evers ou des coucher de soleil.

LA VIDEO DE PHU QUOC

Le nouvel an vietnamien à Ho Chi Minh (la fête du Têt)

Le nouvel an vietnamien à Ho Chi Minh (la fête du Têt)

LA FÊTE DU TÊT 2020 A HO-CHI-MINH

SAÏGON. A DEUX PAS DE BUI VIEN STREET, UNE RUE COMPLÈTEMENT DINGUE DE SAÏGON. On s’est installé à la terrasse d’un bar. A quelques minutes du Têt, (le nouvel an vietnamien), des tables ont été placées à la hâte au bord du trottoir, juste devant le bar. Dessus, en offrande aux bouddhas, des fleurs, des fruits, de la nourriture, des paquets sont soigneusement rangés ; de l’encens brûle, des guirlandes scintillent…De loin, on dirait un tableau hyperréaliste. Le compte à rebours vient de démarrer.  Toute un quartier, toute une ville, tout un pays s’apprêtent à basculer ce 24 janvier à quelques secondes de minuit, dans la nouvelle année.

LA FÊTE DU TÊT À HO-CHI-MINH. De retour dans cette ville du sud du vietnam en janvier 2020, nous avons pu assister à cette grande fête et à sa préparation. Le têt lié au calendrier chinois marque la fin d’une année lunaire (l’année du cochon) et le début d’une nouvelle année (l’année du rat). Elle marque également l’arrivée du printemps. A cette occasion et plusieurs jours à l’avance, les gens sont occupés à préparer la fête, et l’agitation est palpable dans les rues. Les marchés, les places débordent de fleurs et de branches de pruniers aux fleurs jaunes (cây mai) qui vont servir à décorer les maisons. Dans les pagodes, on brûle du santal dans des encensoirs. Partout dans la ville, le rat est représenté sous forme d’icônes, de sculptures, d’arbustes taillés…

Dans cette période, la décoration prend une place fondamentale. Elle est essentiellement florale et se compose d’orchidées, de chrysanthèmes. L’arbre fruitier comme le prunier ou le pêcher sont également très prisés. Dans le sud du Viertnam, c’est surtout l’abricotier à fleurs jaunes qui a la faveur des vietnamiens. Les places en sont remplies et les marchands venus pour la plupart du delta du Mékong et de la région de Sadec font sans doute de bonnes affaires ! Selon la coutume, des enveloppes rouges, destinées aux enfants sont placées entre les branches. elles contiennent quelques billets de dongs et même parfois de dollars pour apporter une touche occidentale à la fête.

PETITES EXPLICATION SUR LE CALENDRIER

Depuis la création  du calendrier sino-vietnamien en l’an 2637 av.-J.C, par l’Empereur Chinois Huang Di, les Vietnamiens ont pris l’habitude de calculer le temps qui passe selon un calendrier lunaire basé sur l’astrologie chinoise. D’après celle-ci, les années sont identifiées par des noms d’animaux réels ou mythiques (cochon, rat, chien, cheval, serpent, dragon…) et non par des chiffres (2016, 2017, 2018, 2019…).

Aujourd’hui, cependant,  les pays d’Extrême-Orient, de tradition bouddhiste, se réfèrent au calendrier grégorien universel qui s’est superposé (sans l’exclure) au vieux calendrier chinois. Les deux calendriers cohabitent aujourd’hui.

 

Les douze animaux qui figurengt sur le calendrier chinois représentent  les douze signes du zodiaque chinois. Et contrairement aux signes du zodiaque occidental, toutes les personnes nées durant une même année chinoise ont donc le même signe de zodiaque chinois.

 

 

Contrairement au calendrier grégorien, la date du Nouvel An Chinois n’est pas fixe et varie d’une année à une autre. En revanche, ce jour tombe toujours entre le 21 janvier et le 20 février, au premier jour d’une nouvelle lune.

Dans un pays construit au sein des traditions chinoises commen le Vietnam, le Nouvel An Chinois est un jour férié. Les gens bénéficient généralement à cette occasion  de plusieurs jours de congé. C’est une période de grande mobilité pour les vietnamiens, car le Nouvel An est pour eux une période idéale pour se réunir en famille.

A Saïgon, les festivités commencent bien avant le 25 janvier. Quand nous sommes arrivés, la ville était déjà en pleine effervescence.

LA FÊTE DU TÊT DANS LA RUE

En nous baladant dans les rues de Saïgon on a été impressionnés par le nombre de selfies et de photos que des familles entières prennent à cette période de l’année. On a également apprécié la bouille ébahie ou étonnée des enfants devant les attractions de l’avenue Nguyen Hue.

/* Mobile Menu style */