le pont de la rivière Kway

Le pont de la rivère Kway

A l’extrémité nord de la petite ville de Kanchanabury se trouve le fameux pont de la rivière Kway. Dans l’imaginaire collectif, ce pont ferroviaire de Thaïlande est généralement associé au film de David LEAN (1957) qui met en scène un évènemen tragique de la deuxième guerre mondiale lié à la construction d’une ligne de chemin de fer longue de 415 km et reliant Bangkok à Rangoon en Birmanie. La musique composée pour l’occasion est bien connue. Qui ne se souvient de ce refrain  “hello, le soleil brille, brille, brille…” En réalité, le film est loin de la réalité vécue par les prisonniers des japonais forcés de construire l’a ligne.  A cette occasion, 90000 prisonniers sont morts de maladie, d’épuisement, de tortures, de faim…pour permettre aux japonais de transporter à travers la jungle les troupes et le matériel de guerre vers des bases japonaises déjà présentes en Birmanie. Le pont fut un des lieux de ce drame et reste le symbole du chemin de fer de la mort. Sa construction s’est faite en deux étapes : un pont en bois fut d’abord construit pour assurer le franchissement de la rivière Kwaï, durant la construction du pont métallique édifié à côté de cette construction provisoire. Des restes de ce pont en bois sont conservés dans le musée de la Seconde Guerre mondiale de Kanchanaburi

Le pont métallique achevé en 1943 est  toujours opérationnel aujourd’hui. Il a été  édifié avec les matériaux d’un autre pont démonté à Java en Indonésie 

Il sera bombardé à deux reprises et les deux travées centrales seront détruites en juin 1945.

Reconstruit par les Japonais au titre des dommages de guerre, il existe toujours et est très visité par les touristes.

La rivière Kway

La rivière Kwaï, ou plus exactement Kwai Noi, est une rivière de l’ouest de la Thaïlande. Longue de 150 km elle coule parallèlement à la frontière avec la Birmanie

le pont de la rivière kway

Il est possible de marcher sur le pont  emprunté par de nombreux touristes et le traverser. Très peu de trains y circulent et il est de toute manière prévu des bas côtés et des refuges lorsqu’un un train s’engage sur la voie.

La locomotive de l’époque utilisée par les japonais

/* Mobile Menu style */