LA VALLÉE DU COLCA. Hauts plateaux andins à plus de 4000m d’altitude, volcans fumants, lamas et alpagas en liberté, canyon à couper le souffle, village de briques rouges, la région située au nord-est d’Arequipa est de toute beauté. Le paysage montagneux luisant sous un soleil généreux défile des deux côtés de la route. Tôt ce matin, nous avons pris le bus à Arequipa pour passer 2 jours dans la vallée du Colca, 180 km au nord de la cité blanche. Au cœur des Andes péruviennes, sous un soleil bleu parsemé de quelques nuages blancs, on mesure l’importance de ce qu’on appelle en terre Inca la Pachamama, la terre/mère, la nature, celle qu’on vénère, qu’on respecte par-dessus tout, la déesse-terre étroitement liée à la fertilité dans la cosmogonie andine chère aux peuples Aymara et Quetchua

Après avoir longé des volcans, croisé des lamas, des troupeaux de Vigognes sauvages, des alpagas, nous avons rejoint en fin d’après midi Chivay, un  petit village à l’entrée de la vallée de Colca.

 

Le Misti Culmine à 5.822 mètres. C’est le troisième plus grand volcan du monde. Dernièrement, une équipe de l’Institut géologique du Pérou (Ingemmet) a tourné une vidéo près d’un de ses cratères et leur conclusion n’est pas très bonne : le volcan se serait réveillé. Arequipa est à quelques kilomètres ! 

SUR LA ROUTE DE LA VALLÉE DE COLCA

DANS LA VALLÉE DE COLCA

Quand on va au Pérou, la vallée du Colca est avec le Machu Picchu un « passage obligé ». le premier village de la vallée de Colca situé à 3640 m. d’altitude s’appelle Chivay. C’est la porte d’entrée d’une agréable vallée où s’étagent 14 villages dans lesquels se sont regroupés à partir du XVI ème S. les habitants auparavant dispersés dans la zone. Malgré le temps, ces villages ont conservé leurs caractéristiques originales telles que l’alignement de leurs rues, leurs églises blanches datant de la présence espagnole et leur marché artisanal, ainsi que leurs fêtes traditionnelles.

Au bout de cette vallée chatoyante, au creux d’une énorme faille de la couche terrestre se trouve le canyon de colca, profond de 3200m. Beaucoup moins connu que le célèbre Grand Canyon nord-américain (le Colorado), il est néanmoins une des grandes merveilles de la nature, un des canyons le plus profond au monde après le canyon voisin, le Canyon de Cotahuasi, profond, lui de 3 535 m.

la route s’élève sur les flancs du Canyon jusqu’à la cruz del condor.  Là, un mirador permet de voir 1200 m en contrebas la rivière Colca et en face les  impressionnants volcans surplombant  la vallée. C’est ici au bout de la route, qu’on peut admirer le vol majestueux de quelques condors qui nichent dans ces montagnes. Chez les Incas, le condor était un oiseau sacré et vénéré parce que selon les croyances de l’époque il s’approchait tout près du soleil.

 

 

Musique de la vallée de Colca en hommage à Pachamama, la Terre-Mère

Au cœur des Andes péruviennes, en terre Inca, la Pachamama est une référence sacrée. Elle représente la terre/mère, la nature, celle qu’on vénère, qu’on respecte par-dessus tout, la déesse-terre étroitement liée à la fertilité dans la cosmogonie andine chère aux peuples Aymara et Quetchua. En son honneur, ce petit groupe de chanteurs péruviens rencontré dans une auberge de Chivay lui a consacré une chanson.

MOMENT VIDÉO