BARCELONE, une ville pleine de contrastes

La ville des prodiges comme l’appelle E. Mendoza, romancier Catalan, est surtout connue pour ses quelques grands repères culturels que sont notamment la Sagrada Familia et autres réalisations de Gaudi, le musée Picasso, la fondation Miro…  Mais Barcelone, c’est d’abord une ambiance, des lieux, des ruelles chargées d’histoire, d’art et de rencontres improbables faites au hasard des déambulations urbaines. Imaginative, profondément rebelle, en perpétuel mouvement, la cité catalane offre à qui veut sortir un peu des sentiers battus, ce petit côté insolite et merveilleux propre aux quartiers immortalisés par des romanciers comme Bataille, Mandiargues, Genet, Mendoza, Montalban….

Cela fait plus de 50 ans que je connais Barcelone. La première fois que je suis allé à Barcelone je devais avoir 8 ans. Sur les conseils d’un cousin de mon père, toute la famille s’est retrouvée un jour du mois d’aout 1960 à Castelldefels, 15 Km au sud de Barcelone. A l’époque, rares étaient les touristes qui s’aventuraient en Espagne, et nous étions frappés par le profond décalage qu’il y avait entre les deux pays. Dans la période des 30 glorieuses, la France s’était engouffrée avec un enthousiasme sans limite dans les voies du progrès et de la modernité quand l’Espagne franquiste était aux prises avec une dictature sans autres perspectives que son renversement à venir. Il faudra attendre 1975 avec la mort de Franco pour que l’Espagne et Barcelone renoue avec une certaine normalité démocratique !

 

A cette époque, sous le bleu du ciel, tout semblait gris. Les photos de l’époque, en noir et blanc, réflètent parfaitement cette ambiance grise qui plombait alors la ville. Seules quelques gitanes aux habits multicolores redonnaient parfois un peu de couleur au temps.

 

QUELQUES PHOTOGRAPHIES DE BARCELONE DANS LES ANNEES 60

La plage bidonvile de barcelone dans les années 50/60 (Le Somorrostro)