Moments de Sud en Royal Enfield

Moments de Sud en Royal Enfield

moments de sud en ROYAL ENFIELD

Moments de Sud en Royal Enfield

– Été 2022 –

Metz – Andorre

Juin 2022. C’est décidé, je pars en Andorre et de là j’explore les Pyrénnées espagnoles et orientales et je rejoins Carnon. Au départ de Metz ce matin du 11 juin, la nature est encore verte. Mais les premiers signes d’une sècheresse annoncée se font déjà sentir. Le soleil s’apprête à mettre des touches d’ocre jaune dans le paysage. Pour l’heure,  il fait beau, le ciel est bleu, la chaleur est encore supportable… J’ai rendez-vous avec les chemins de traverse.

en balade

L’itinéraire

C’est toujours avec la même philosophie et le même état d’esprit que je trace mes itinéraires : découvrir chemin faisant des destinations connues ou pas à la recherche de ce subtil alliage entre nature et culture, entre temps lent et espace infini.

 

Metz-Cluny : 403 km

Cluny-Ambert : 172 km

Ambert-St Flour : 114km

St. Flour-St Chély : 70 Km

St. Chély-Millau : 93 km

Millau-Carnon : 132 km

 

Carnon-Ax-lès-Thermes : 265km

Ax-lès-Thermes-Pas de la case : 31km

Pas de la Case-Prats de Mollo : 185km

Prats de Mollo la Preste-Mosset : 93km

Mosset-Carnon : 227km

 

itinéraire

Avant le voyage

Certains motards préparent avec minutie leur voyage. Ils établissent une check list précise de tout ce qu’ils doivent emporter. D’autres comme moi sont plus dilettantes dans leur préparation et vont même jusqu’à penser que le voyage s’accomode mal de ces laborieuses préparations. Ils partent avec une idée assez brouillonne de ce qu’il faut emporter et se disent qu’après tout une part d’improvisation et de surprise doit subsister !  Je n’ai donc pas établi de manière formelle une check list. J’ai simplement procédé à une vérification de l’état de la moto, fait le point sur l’équipement et le matériel à emporter dans ses bagages…

 

Le sac du motard : un élément de sa personnalité ?

Le sac jaune étanche pour moto posé sur le canapé du salon est grand ouvert. Chaque jour il se remplit un peu plus : mes effets personnels,  mon matériel informatique et vidéo, un livre sur le voyage, des papiers…  Il est là. Il attend. Il attend depuis presqu’une semaine que je le boucle et que je l’installe à l’arrière de la ROYAL ENFIELD. Dans des sacs également étanches j’ai roulé le duvet et un matelas autogonflsant. J’emporte également avec moi une vieille toile de tente que j’utilisais il y a 30 ans. Elle fera l’affaire.

ROYAL ENFIELD et ses bagages

 

La moto

La moto est de 2020. Au moment du départ elle affiche 5136 km au compteur. La révision des 5000 vient tout juste d’être faite et la chaîne retendue. Plutôt rassuré et confiant je pars donc l’esprit tranquille, même si sur une Royal Enfield 500, on reste à l’affût de tous les bruits suspects. La hantise récurrente de la crevaison, l’angoisse de la panne me traversent parfois l’esprit, mais ça fait partie de l’aventure. Par contre lorsqu’il m’est arrivé de faire le plein à ras bord, le trop plein débordait par en dessous. C’est donc à éviter. Cette année je n’ai donc pas eu de galère contrairement à l’année dernière: la batterie (3200 km) a lâché d’un seul coup ! sauf un chute stupide mais sans gravité dans un chemin.

Le matériel, les outils

Je ne sais pas trop si c’est efficace, mais j’ai toujours au fond de mes sacoches  une bombe anticrevaison et une pompe à pied pour gonfler les pneus. Pour le reste, j’ai évidemment les outils nécessaires pour les petites pépins mécaniques, un bidon d’huile, ce qu’il faut pour entretenir la chaîne, du ruban adhésif, un peu de fil de fer et beaucoup de chiffons, quelques sacs poubelle.

L’équipement

  • Un porte bagage arrière
  • Une sacoche réservoir
  • un dispositif USB sur lesquel je peux brancher 2 appareils. Il me sert surtout pour recharger mon iphone et m’en servir parfois de GPS.
  • Un support pour fixer l’iphone
  • une montre
  • un Pare-brise. Il m’est arrivé de le démonter et de l’attacher à l’arrière de la moto sur le sac,  notamment lorsque je filmais en prise avant avec la Go-Pro.

 

ROYAL ENFIELD

En route…

Demain, je charge la moto, pas trop quand même ! Chaque kilo compte et je suis très soucieux de voyager le plus léger possible. Bref demain, je pars et je suis impatient de ressentir sur le visage les caresses du vent chaud le long des routes du Sud. Cette année j’ai prévu d’aller en Andorre, de visiter la Catalogne, de parcourir les petites routes des Pyrénées orientales, bref de traîner du côté de l’extrême sud de la France. J’avais bien dans un coin de ma tête, l’idée d’aller jusqu’à Barcelone ! Mais du point de vue du traffic, l’accès à la ville catalane est de plus en plus embouteillée. Dans la ville, la circulation est nerveuse…Un flot continu de milliers de voitures, de scoot, de camions, de bus… se déverse dans les rues de la ville. Pas génial en moto ! Pour autant, la ville des Prodiges comme l’appelle l’écrivain E. Mendoza est  une ville merveilleuse,  à découvrir et à re-découvir. Je renoncerais sans regret à ce vague projet.

voyage en Andorre avec ma ROYAL ENFIELD

La canicule

Dehors, le soleil de juin est devenu fou ! L’été n’est pas encore là qu’il  cogne déjà comme s’il voulait embraser la terre. Les reflets d’or des rayons du soleil se répandent comme autant de lames brûlantes fabriquées au « bon coin » de nos habitudes consuméristes !   La météo annonce une période de canicule. Le réchauffement climatique réveillerait-il brusquement les consciences ?

En moto, la canicule est difficilement supportable ! La seule façon d’y échapper c’est d’arrêter de rouler et se mettre au frais ou à l’ombre. Quand on roule, la chaleur est est une épreuve redoutable et on ne peut pas s’en protéger contrairement au froid. Quand je suis parti le 11 juin, nous entrions dans une période caniculaire. A partir de Cluny, il a commencé à faire vraiment chaud. Les régions que je projetais de traverser étaient particulièrement touchées par cette chaleur extrême. Je me souviens particulièrement de l’étape qui me menait de Saint Chély d’Aubrac à Millau. Ce jour-là,  il a fait 40 degrés et vers 15h au moment le plus chaud de la journée au lieu d’être à l’abri dans quelque café, je suffocais avec obstination sur la moto du côté d’Espalion ! j’ai eu chaud ! très chaud ! Lorsque je suis arrivé à Millau aux alentours de 17h., fourbu, j’ai renoncé à planter la tente. J’avais besoin d’un bon lit dans une chambre climatisée ! Je suis allé à l’hôtel: un ibis climatisé ! ça fait un bien fou… Le soir vers 22h. il faisait encore plus de 30 degrés. Bref, j’ai renoncé à poursuivre ma route comme je l’avais initialement prévu. Je ne passerai donc pas par les coins les plus chauds de France  (Rodez, Albi, Castres, Carcassonne…) pour rejoindre Andorre. je prendrai la route de Carnon rejoindre ma famille. Là j’attendrai que la température baisse un peu avant de repartir pour Andorre, la Catalogne et les Pyrénées Orientales comme prévu au départ.

Les coups de coeur

1 / CLUNY

C’est mon premier coup de coeur. Cluny. Petit bourg de 5000 habitants situé en Saône et Loire, près de Mâcon; la ville est riche d’un long passé historique. Elle invite à une pause touristique pour découvrir sa célèbre abbaye fondée en 910, flâner dans ses ruelles et admirer ses maisons romanes. Haut lieu du renouveau spirituel en Europe au Moyen-Age, les traces de son histoire sont partout. J’y est passé 2 jours, à marcher dans ses ruelles, à admirer ses maisons romanes et à visiter l’abbaye.

la ville de Cluny
Cluny en ROYAL ENFIELD

S’imprégner de l’ambiance des lieux, se poser à la terrasse d’un café juste à côté de l’abbaye, c’est un vrai bonheur ! Au coucher du soleil, les murs réfléchissent une lumière qui vous transporte loin dans le temps. 

maison romane à Cluny
maison romane de Cluny
abbaye de Cluny
maison romane de Cluny
l'abbaye de Cluny
dans les rues de Cluny

A chaque pas que l’on fat dans les rues de la ville, surgit un bout d’Histoire. On est plongé  dans une ambiance médiévale disparue mais tellement présente à travers ses édifices religieux, son abbaye bien sûr et ses nombreuses maisons romanes.

l'abbaye de Cluny
église à Cluny

J’ai par ailleurs circulé avec ma Royal Enfield dans quelques rues de Cluny. Avec ma Gopro fixée sur le garde-boue avant, je filmais. Au terme de cette balade vidéo d’un quart d’heure je disposais de rush et me réjouissais déjà de leur insertion dans une future vidéo. J’ai garé la moto au bord de la terrasse d’un bar à côté de l’abbaye. J’avais envie d’une bière ! Lorsque je suis allé m’installer à la terrasse de l’abbaye, un moment d’inattention a suffi pour qu’on me l’a vole ! Plus de GoPro ! De Cluny à Carnon, j’ai donc utilisé comme caméra mon iPhone en attendant de récupérer une nouvelle GoPro. 

 

en moto à Cluny
en royal enfield à Cluny

Les adeptes de balade à vélo ont aussi de quoi faire dans le secteur. La voie verte de Bourgogne est une piste cyclable et pédestre interdite aux véhicules motorisés. Construite sur une ancienne voie ferrée, elle traverse de beaux paysages et passe notamment par  Cluny.  

Info pratiques

– Le camping

Lors de mon passage à Cluny, j’ai séjourné au camping municipal Saint Vital situé à quelques minutes à pieds de l’abbaye et du centre. Excellent acceuil, très bons emplacements et blocs sanitaires à la propreté irréprochable. Bref, un endroit à connaître si vous campez. En outre, on a accès gratuitement à la pisicne attenante au camping.

– Restautant

Pour les restau, ils sont nombreux. Je garde un excellent souvenir de ce restau franco thaï : le restaurant de l’Abbaye.

Un petit coucou aux amis motards rencontrés à Cluny 

Juste à la sorie de Cluny, j’ai rencontré un couple charmant, passionné de Royal Enfield et qui venait d’acquérir 2 classic 350. Ils  rentraient de balade au moment où je les ai croisés.

Belles balades à vous et si je repasse dans le coin on se fait une virée locale

rencontres Cluny
rencontres à Cluny
2 / Le Livradois

De Cluny, j’ai poursuivi mon chemin: direction Ambert, l’occasion de découvrir au sud de la Bourgogne, près de Clermont-Ferrand, le Livradois et les Monts du Forest. Là, à l’ombre des hêtraies et des sapinières, j’ai pu savourer dans une ambiance de plus en plus chaude, un peu de fraîcheur bienvenue. La région est magnifique. Pour les motards, c’est un régal !  La route serpente le long  d’un tracé vallonné, et traverse des paysages très variés et de toute beauté. C’est à Ambert que j’ai planté ma toile, au camping « La vallée verte », juste au-dessus de la ville en arrivant par le Nord.

camping dans le livrais
carte livrais
camping dans le Livradois
Camping dans le Livradois

3 / L’Aubrac

Passé Saint Flour, où j’ai fait étape, je retrouve une magnifique région, l’Aubrac. J’y ai séjourné à plusieurs reprises et à chaque fois je me suis laissé séduire par ses paysages, son accueil et une mentalité fortement marquée par la tradition et emporté dans le mouvement rapide de la modernité. Je lui rends sur mon site et notamment dans cet article, – ICI –  et aussi  dans cette vidéo publiée sur YouTube l’hommage qui lui est dû.

panneau Aubrac
panneau St Urcize
panneau Nasbinals

Lors de cette balade, je n’ai fait que traverser l’Aubrac avec une halte à Saint Chély d’Aubrac. A l’entrée du village, en venant d’Aubrac, il y a un très beau  camping  et de nombreuse auberges fort appréciées notamment par les nombreux marcheurs qui, en cette période de l’année, empruntent le chemin de saint Jacques de Compostelle.

panneau St. Chély d'Aubrac

Saint Chély est un étape très prisée des randonneurs qui empruntent le GR 65, le fameux chemin de Compostelle. Situé au coeur de la vallée de la Boralde de St. Chély, il s’élève à 820m. d’altitude. En fin d’après midi lorsque la chaleur s’estompe, c’est le bon moment pour se promener dans le village et découvrir le pont des pélerins inscrit sur la liste du patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO   

le pont des pèlerins à st chély d'aubrac
le pont des pèlerins à st chély d'aubrac

/* Mobile Menu style */